Chacun sa place !

Publié le par Un Nouveau Souffle pour Notre Dame de Bondeville

La loi donne aux maires le droit de s’entourer d’un collaborateur et d’avoir un chef de cabinet, possibilité utilisée par les maires, élus de villes importantes, ou qui exercent des mandats dans plusieurs collectivités (agglomération, métropole, département, région).
Le chef de cabinet assiste généralement le Maire en assurant l’interface entre les élus, les citoyens et les services. Tout en étant proche de la fonction politique, il n’en assume pas la responsabilité.
Le chef de cabinet d’une mairie de grande ville a exprimé son rôle ainsi : «Il (le chef de cabinet) n’est pas non plus l’éminence grise du Maire, car c’est uniquement à l’élu de parler et d’être présent sur le terrain». En aucun cas, il ne peut remplacer l’élu dans sa fonction politique, exercée du fait d’un mandat électif.

Ces quelques lignes sont assez claires pour considérer que la fonction de chef de cabinet doit être bien «définie» par le Maire pour prévenir tout «dérapage».
Cette réflexion est devenue d’actualité, car nous avons constaté que de nombreux Bondevillais se posaient des questions sur la place du chef de cabinet par rapport à celle de l’élu dans notre commune (au passage, petite ville de 7300 habitants !) et de nombreux exemples permettent de le vérifier.

En voici une illustration, par défaut:
Le 30 mars 2016, après délibération, le Conseil Municipal accordait une aide sous forme d’un secours à une demande de financement d’un voyage d’études à Madagascar par un groupe de futures infirmières.
Cette demande, évoquée préalablement en Commission des Finances le 18 mars 2016 (5 élus présents), avait d’ailleurs reçu un avis défavorable de cette Commission.

Si les élus du Nouveau Souffle reviennent sur cette délibération, c’est en raison d’une question annexe : celle de la remise du chèque.
Pour cette remise de chèque, photos et commentaires à l’appui dans le bulletin municipal (Papillon n°11 de mai 2016) et dans Paris-Normandie (du 13 avril 2016), le Maire a choisi de désigner, pour le représenter, son chef de cabinet, un non-élu ! Le Maire a donc voulu donner une signification particulière à sa démarche.
Or, le Maire dispose dans son groupe d’un nombre d’adjoints et de conseillers municipaux suffisant, (plus de vingt), pour organiser les remises de diplômes, de décorations, de secours … et donc pour confier ces tâches à un élu. Il s’agit là d’une symbolique importante de représentation du Maire et derrière lui des Citoyens. C’est d’ailleurs comme cela que les choses doivent se passer dans les communes de notre pays.
Par ailleurs, permettons-nous une parenthèse, car les Bondevillais l’auront remarqué : dans ce «Papillon» du mois de mai 2016, les clichés sélectionnés ne comportent aucune photo d’élus (es), alors que dans les «Papillons» précédents, il y en avait abondance.
Au Nouveau Souffle, nous pensons que les actes ont toujours une signification. Si le Maire, directeur de publication du Bulletin Municipal a agi ainsi, quelles en sont les raisons ?
Les Bondevillaises et les Bondevillais apprécieront …

Dans le Pays de Caux, nous avons tous entendu dire : «Chacun sa place et les vaches seront bien gardées !»

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

alain 25/06/2016 16:09

bien vu