Déclaration de Serge Martin-Desgranges au Conseil Municipal

Publié le par un nouveau souffle pour ndb

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs les membres du conseil municipal,

Lors du dernier conseil municipal, alors que j’étais absent, vous avez tenu, Monsieur le Maire, des propos à mon encontre que je juge totalement inacceptables. Certains figurent sur le compte rendu que vous nous demandez d’adopter ce soir, d’autres m’ont été rapportés par mes collègues colistiers ou amis présents dans la salle.
Je m’en tiendrai à ceux mentionnés sur le procès-verbal de séance.
En tout premier lieu, vous vous êtes étonné de mon absence, vous feriez mieux en la matière de vous étonner des vôtres quasi systématiques aux commissions dont vous faites partie. En second lieu, vous stigmatisez mon manque de courage, mais où est le vôtre, Monsieur le Maire, se permettre d’exprimer de telles allégations sans que je sois présent ne témoigne-t-il pas d’une véritable couardise ? Enfin, vous dites que les colistiers du Nouveau Souffle se font imposer des choses, pour qui les prenez-vous, alors que les vôtres distribuent sans vergogne les tracts de Monsieur Bénard ? Voyez-vous, Monsieur le Maire, vous prêtez aux autres ce qu’en réalité vous êtes, ce qu’en réalité vous faites. Et puis, Monsieur le Maire, j’estime n’avoir aucune leçon à recevoir de vous, ni de Monsieur Bénard d’ailleurs, vous n’avez sans doute pas oublié que dépassant les limites comme à votre habitude, la justice vous a tous deux condamnés lors de la campagne municipale il y a un an de cela.
Monsieur le Maire, je vous plains, je vous plains parce qu’à un âge bien au-delà de celui de la maturité vous êtes habité par la haine plutôt que par la sérénité, cela marque l’échec d’une vie et n’est bon pour personne, surtout pas pour nos administrés.
Pour terminer, Monsieur le Maire, nous vous laissons tout loisir de poursuivre dans cette attitude, elle ne vous honore pas mais elle nous sert, elle démontre que, finalement, vous nous trouvez bien encombrant… gardez de votre fiel, nous entendons continuer à le rester.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article