La seule opposition crédible à Notre Dame de Bondeville

Publié le par un nouveau souffle pour ndb

Vos 3 élus, Dans l'ordre, Serge Martin-Desgranges, Sylvie Lemerle et Christophe AubertVos 3 élus, Dans l'ordre, Serge Martin-Desgranges, Sylvie Lemerle et Christophe AubertVos 3 élus, Dans l'ordre, Serge Martin-Desgranges, Sylvie Lemerle et Christophe Aubert

Vos 3 élus, Dans l'ordre, Serge Martin-Desgranges, Sylvie Lemerle et Christophe Aubert

Chère Madame, Cher Monsieur,

Avant tout, nous remercions à nouveau chaleureusement les Bondevillaises et Bondevillais qui nous ont soutenus lors des dernières élections municipales.

Nous voulions prendre le temps de réfléchir à la situation de notre commune.

Aujourd'hui, trois élus de notre groupe participent activement au Conseil Municipal de notre commune, grâce à vos suffrages.

Constitués en association, nous sommes un collectif ouvert à tous, à l'écoute de vos préoccupations et de vos propositions pour l'avenir de Notre-Dame-de-Bondeville.

Ce creuset citoyen est déjà composé d'une cinquantaine de femmes et d'hommes d'horizons divers, de tous âges, défendant les valeurs républicaines, démocratiques et solidaires. Vous pouvez nous rejoindre à tout moment.

Depuis mars, nous sommes la seule opposition crédible à la majorité municipale. A l'image de notre campagne électorale, nous sommes constructifs et défendons l'intérêt général.

Par une campagne délétère, le maire sortant a gagné d'une très courte tête et le candidat de droite a trompé ses électeurs.

Nous, nos positions sont claires pour le rajeunissement et le non-cumul des mandats, pour la démocratie et la solidarité, contre la démagogie et les polémiques stériles !

Comme nous l'avions promis, nous allons vous informer de notre travail et de la vie de notre commune. Et nous serons force de proposition et d'observation en allant régulièrement à votre rencontre pour enrichir notre démarche participative et préparer l'avenir ensemble.

Le débat d'idées et la défense de vos intérêts ont guidé notre campagne, ils nourrissent aujourd'hui notre combat pour la vigilance et le mieux-vivre à Notre­-Dame-de-Bondeville.

Comme hier, comme après-demain, vous pouvez compter sur nous.

Bonne lecture et à très bientôt.

Très chaleureusement,

Le Président, Serge Martin-Desgranges

COMMISSIONS MAIRIE : STOP RADIO-RAGOT

Contrairement aux dires de M. le Maire, si nous ne sommes pas dans certaines commissions municipales, c'est simplement parce que nos candidatures ont été refusées :

refus de la commission d'appel d'offres (bonjour la clarté !), refus de la commission des affaires sociales (supprimée ! pourquoi ?), refus pour l’administration des Bois de la Muette...Ces commissions sont interdites de vraie opposition. Pourquoi ? Belle démocratie !

ELUS BIEN ENTRE EUX ? NOS POUPEES RUSSES

Dès les premiers conseils municipaux, l’alliance entre la « majorité municipale» et la «droite» conduite par M. Bénard était des plus touchantes : soutien systématique aux délibérations présentées, absence de liste de Grands Électeurs pour les dernières sénatoriales etc. Ils partageaient déjà avocats et faux griefs contre nous pendant la campagne... M.Bénard avait même refusé notre demande de recomptage des voix à l'issue du scrutin municipal alors que son complice n’avait que 37 voix d’avance... Au vu de leur actuelle lune de miel, on comprend mieux !

C'EST NOUS QUI PAYONS

NOUVEAU CHARGE DE MISSION.

A l’heure où tous les partis réclament des économies, le Gouvernement propose de

diminuer les subventions des collectivités territoriales de 3,7 milliards d’euros en 2015.

Lors du Conseil Municipal du 23 Septembre,M. le Maire proposait aux élus bondevillais de soutenir la motion de l’Association des Maires de France contre ces mesures d’économies. Puis, il proposait de créer un emploi de 6 mois, à mi-temps, pour « un meilleur suivi de l’attribution des subventions accordées par la ville aux associations» (ne rions pas !) Notez que les subventions de la Ville sont versées sur présentation d’un bilan de l’année précédente avec contrôle obligatoire par les services compétents municipaux. Et d’autre part, une méthode de suivi des subventions sportives (de loin l’essentiel des subventions) vient d’être votée lors du Conseil du 30 octobre dernier. Nous n’avons pas voté cette décision concernant un emploi inutile et sans objet. Mais qu’a fait M. le Maire ?

A-t-il embauché un jeune Bondevillais sans emploi ou a-t-il fait appel à un «ami» (retraité dévillois par exemple) ? Dommage pour les bondevillais !

ON AVAIT RAISON...

VOIES PUBLIQUES, PRIVEES : QUI PAIE ?

Au 1er Janvier 2015, la Métropole gèrera presque toute la voirie de nos communes (CREA). Ainsi,

seules les rues reconnues du domaine de Notre-Dame de Bondeville seront, à partir de cette date, gérées par la Métropole. Sauf que le coût d’entretien des rues non classées aurait pu être imputé aux seuls Bondevillais.

Mais notre persévérance et le travail d’élus, tels que Claude Nexon, ancien Maire-Adjoint aux Travaux

et colistier du Nouveau Souffle, ont enfin été récompensés car le Conseil Municipal a voté la rétrocession des voies privées dans le domaine public de la ville.

NOTRE VILLE S'ENFLAMME ? LE MAIRE BOTTE EN TOUCHE

SECURITE ?

Lors du Conseil Municipal (23/9), nos élus du Nouveau Souffle ont évoqué la sécurité à Notre-Dame de Bondeville. Le Maire - qui n’habite pas à Notre-Dame de Bondeville mais à Sierville - a trouvé la ville

plutôt «calme». Pourtant, chacun connait les faits qui prouvent l’inverse : dégradations de la mairie, vitrines brisées, bagarre générale à la fête de la musique, voiture fauchant des piétons, bus caillassé...

Pour rappel : Qui est informé d’actions comme la réunion publique sur la sécurité du 9 octobre dernier à la salle André Gide ? Qui sait si les caméras de surveillance prévues devant la Mairie suffiront ? Qui sait si l’embauche d’un nouveau policier municipal en cours permettra de couvrir des plages horaires

supplémentaires ?

La sûreté est un droit pour chacun. Et la tranquillité l’attente de tous.

STATIONNEMENT ?

Le stationnement en centre-ville est un problème. Si les zones bleues offrent des places pour nos commerçants, n’est-il pas temps de penser aussi aux résidents, notamment route de Dieppe, qui sont verbalisés devant chez eux ?

Pour rappel : nous avions proposé un macaron « spécial résidents » sur les véhicules pour leur éviter des amendes.

PROTECTION ?

Il faut lutter contre l’insécurité routière à proximité des écoles et dans les zones dangereuses. Mais qui a vu des agents de protection à la sortie des écoles ? De plus, ne serait-il pas rassurant d’avoir une présence

policière à la fermeture des commerces ?

Pour rappel : nous proposions un travail plus étroit avec les communes voisines et leurs associations car la délinquance ne connaît pas de frontières. On voit aujourd’hui combien nous avions raison !

LA CAPORALISATION N'EST PAS TOLERABLE !

Lors du Conseil Municipal du 23 septembre, M. le Maire laissait son chef de cabinet répondre un beau

« RAS »* à propos de la situation dégradée de la ville (voir article ci-dessus). Lors du Conseil Municipal du 30 octobre, le même «employé» répondait et invectivait l’opposition quand M. le Maire, tout à ses absences, ne disait rien ! Par courrier, nous lui avons réclamé le respect des régles élémentaires de fonctionnement d’un Conseil Municipal (avec copie à M. Le Préfet). Quand une assemblée est sous le commandement d’un élément dépassant ses prérogatives, c’est la démocratie qui est en danger !

Que M. Le Maire se laisse « caporaliser » par un chef de cabinet agressif et aux pleins pouvoirs, c’est

son problème. Mais les Bondevillais n’ont pas élu cette personne. Aussi, nous dénonçons cette grave dérive ! En démocratie, ce sont les élus qui débattent ...

* terme militaire signifiant «Rien A Signaler»

RYTHMES SCOLAIRES A NOTRE DAME DE BONDEVILLE : UNE COPIE A REVOIR

UN DOSSIER MAL GERE !

A Notre-Dame de Bondeville, entre activités périscolaires, aides personnalisées complémentaires, études surveillées et garderies les journées finissent chaque jour à des heures différentes. Et cela vient se compliquer si nos enfants ne sont pas dans la même classe... D’autres choix étaient possibles qui n’ont pas été retenus parce qu’ils impliquaient de prendre le temps de mener une concertation élargie, réfléchie et approfondie de tous les acteurs concernés par cette réforme. Un peu de bonne volonté, un peu d’investissement des élus auraient été souhaitables.

LES FAMILLES PAIERONT !

La réforme des rythmes scolaires, proposée dans l’intérêt de l’enfant, pourrait, comme ailleurs, se dérouler sans encombres. Mais le Conseil Municipal n’a jamais eu l’occasion de se déterminer. En revanche, M. le Maire a choisi de faire payer les familles. Pourquoi n’a-t-il pas été décidé d’inscrire cette dépense au budget de la commune à la place d’autres dépenses ?

Publié dans Notre association

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article